Accueil > Chroniques > Mystic River

Mystic River

Dennis Lehane (Rivages/Thriller)

mercredi 3 juillet 2002


On aimait bien le tandem Patrick Kenzie-Angela Gennaro, les deux héros des précédents romans de Dennis Lehane. Pour leur humour et ce suspense insoutenable : sortiront-ils ensemble, oui ou non ? Les relations entre les deux privés suffisaient à notre plaisir. Cette fois, plus de gentilles chicaneries dans le quatrième romans de Lehane. Du noir profond, des personnages plombés par leur enfance, leur milieu social. On ne plaisante plus, on plonge dans les entrailles des Flats, quartier populaire en plein bouleversement, et dans les tripes de Jimmy, Sean et Dave, amis pendant leurs tendres années, jusqu’au jour où. Deux pédophiles se faisant passer pour des flics embarquent Dave en voiture. Jimmy et Sean ne montent pas. Quatre jours plus tard, Dave réapparaît. Ces quatre jours restent un trou noir qui aspire l’existence des trois protagonistes que l’on retrouve vingt ans plus tard.
Lehane s’accroche à son trio et ne le lâche plus. Il fore leurs cerveaux, déballe leurs vices et leurs vertus. Ils sont terriblement beaux et affreusement moches. Des saloperies, ils en trimballent, cherchent à les oublier, les cachent sous quelques belles échappées de sentiments. Mais que peuvent-ils, au final, marionnettes écrasées par leur destin sans pitié ? Pas grand chose bien sûr. Lehane excelle dans l’exploration de ses bonhommes, mais aussi des femmes qui les entourent. Son style, sans fioritures, traduit parfaitement la lourde ambiance qui imprègne cette histoire. Lehane est intraitable, et on adore ça. On attend donc avec impatience l’adaptation cinématographique que prépare Clint Eastwood, avec Sean Penn et peut-être Kevin Bacon. Un casting impeccable qui augure du meilleur, même si on imaginait bien James Gray (Little Odessa, The Yards) à la réalisation. Ce très très grand livre mérite un traitement à la hauteur.