Accueil > Mini-bios > HAMMETT Dashiell (1894-1961)

HAMMETT Dashiell (1894-1961)

mardi 22 mai 2001


Une carrière éclair, mais qui illumine le genre. Cinq romans et une soixantaine de nouvelles suffirent à Dashiell Hammett pour s’imposer comme le père du roman noir. Notre homme naît le 27 mai 1894 à Saint Mary’s Country, dans le Maryland. Son père fermier et sa mère infirmière le baptisent Samuel. Richard Hammett se pique bientôt de politique. Mais c’est un échec et le père Hammett est contraint de vendre sa ferme et de déménager d’abord à Philadelphie, puis à Baltimore. C’est là que le jeune Sam entame ses études, au Baltimore Polytechnic Institute. A 14 ans pourtant, Sam doit quitter la classe. Son père est malade, et il doit subvenir aux besoins de la famille. Commence alors une longue série de petits boulots. En 1915, il est employé par l’agence de détective Pinkerton. Service interrompu par la guerre. Sam intègre le corps des ambulanciers. Il contracte là la tuberculose qui allait miner toute son existence. A l’hôpital, il rencontre une infirmière, Josephine Dolan, qui devient bientôt sa femme. Deux filles naissent de cette union, mais la maladie rattrape la famille. Josephine craint que Sam contamine les filles. Ils se séparent, et divorceront bien plus tard, en 1937. Mais pour l’heure, après la guerre, c’est la période des vaches maigres pour Sam. La tuberculose l’oblige à quitter l’agence Pinkerton, et ses seuls revenus proviennent alors de publicité qu’il rédige pour une bijouterie. Car le bonhomme taquine la plume. Il se choisit alors le prénom de Dashiell, en référence aux ancêtres français de sa mère, les De Chiell. En 1923, il fait paraître sa première nouvelle, dans la revue Black Mask. Fort de son expérience, il met en scène un détective privé sans nom, « Op », de l’agence Continental de San Francisco. On retrouve le personnage dans ses deux premiers romans sortis en 1929 : La Moisson rouge et Sang Maudit. Son style neuf , sa vision sans concession d’une société vérolée par la guerre des gangs et les scandales politiques l’impose comme le chef de file du courant hard-boiled. L’année suivante, son plus célèbre héros, le détective Sam Spade, prend vit dans Le Faucon de Malte. Dashiell Hammett est alors au sommet de sa gloire, recruté par Hollywood comme scénariste. Il rencontre la dramaturge et romancière Lillian Hellman qui devait l’accompagner jusqu’au bout. Durant les années 1930, il publit encore La Clé de Verre (1931), L’Introuvable (1934) et de nombreuses nouvelles, mais son inspiration se tarit progressivement. Pendant la deuxième guerre mondiale, il s’engage comme simple soldat, mais sa tuberculose l’oblige à se cantonner à l’édition d’un journal pour la troupes. Au lendemain du conflit, son engagement politique au côté de la gauche américaine lui vaut de nombreux soucis. Pendant le maccarthysme, ces romans sont retirés des bibliothèques, et il est même condamné à six mois de prison en 1951. Il tente toujours d’écrire, comme le prouve son autobiographie romancée et inachevée Tulip, mais il occupe l’essentiel des ces années (jusqu’en 1956) en enseignant l’écriture à la Jefferson Scholl of Social Science. Il meurt d’un cancer du poumon le 10 janvier 1961.

Ses principaux ouvrages sont : La Moisson rouge, Le Faucon de Malte, La Clé de verre, L’Introuvable.